DIGITAL CARBON

Rétention des talents : l’incontournable tournant vers l’écologie numérique

Après la “Grande Démission” qui a frappé aux Etats-Unis, les entreprises européennes connaissent à leur tour un flot de démissions. Les changements apportés par la  crise sanitaire ont modifié certaines “normes” professionnelles. Le contexte amène ainsi les employés à faire dorénavant le point sur leurs préférences en matière de priorités et de lieu de travail. Ces changements constituent un risque pour l’entreprise qui tarde à dynamiser le mode de travail de ses employés. 

 

La transition numérique, qui permet notamment le travail à distance, devient incontournable. Toutefois, cette transition n’est pas sans conséquence sur la responsabilité environnementale de l‘entreprise. Décryptage.

L’urgence de la transition numérique

Le marché du travail est marqué à la fois par une forte compétitivité et une pénurie de compétences et de talents, ce qui remet en question l’organisation même de l’entreprise. Pour évoluer, les entreprises ont revu à la hausse leurs dépenses informatiques en début de pandémie. Nombreuses sont celles qui par la suite, ont été contraintes de restreindre leurs budgets suite à la baisse de leurs chiffres d’affaires. Aujourd’hui, les dépenses informatiques reprennent de plus belles, avec des investissements dans de nouveaux modes de distributions de leurs produits et services (produits as-a-Service, services gérés, cloud et abonnements.). 

 

En tant que responsable, ces investissements reflètent un changement considérable dans la façon de penser l’entreprise. L’objectif est en effet de se centrer sur l’optimisation de la marque et de ses produits/services. Pour ce faire, il est préférable pour l’entreprise de collaborer autour d’un cloud plutôt qu’autour d’un système privé et géré en interne, afin de gagner en indépendance vis-à-vis de ses collaborateurs. De même, l’agilité et l’automatisation se répandent dans les organisations pour permettre aux données de transiter plus facilement.  

Transition numérique et responsabilité environnementale

La transition numérique impacte le respect des critères ESG de l’entreprise, et plus largement sa responsabilité environnementale. 

 

La pollution numérique, fortement encouragée par les usages du numérique, devient un sujet prioritaire pour bon nombre d’entreprises qui souhaitent réduire leurs émissions de GES. Et pour cause, le numérique est l’un des principaux constituants qui génèrent les émissions de gaz à effet de serre de l’entreprise, voire le principal constituant pour les entreprises fortement digitalisées.

Compétences numériques

La transition numérique amène les employés à adopter le numérique. La Commission Européenne propose une stratégie européenne en matière de compétences qui prend en compte la transition numérique et la transition vers une Europe neutre pour le climat. Il convient ainsi pour les entreprises d’acquérir des ressources qui ont des compétences numériques, et qui œuvrent en faveur de la compétitivité durable. 

 

Cette stratégie a un troisième avantage,  celui de répondre au besoin de sens des employés. Les salaires n’étant plus suffisants pour retenir les talents, il est urgent d’impliquer les employés à œuvrer en faveur du climat de façon transversale dans leur travail quotidien, à travers leurs outils numériques. 

 

Le rapport Identifier et accompagner les compétences de la transition écologique du ministère de la transition écologique, mentionne que la transition écologique revêt d’une dimension systémique et transversale. Cela nécessite d’impliquer l’ensemble de l’écosystème de l’entreprise. 

La pollution numérique est amenée à croître considérablement en entreprise du fait de la transition numérique qui ne cesse de s’accélérer. Elle constitue un enjeu pour toute entreprise qui souhaite réduire ses émissions de GES tout en améliorant la rétention de ses talents. En effet, ce type de pollution fait partie des plus polluants pour bon nombre d’entreprises digitalisées. Nombreuses sont les solutions BtoB existantes pour y remédier. Pour en savoir plus, découvrez les acteurs et les solutions numériques de la transition écologique.

SOMMAIRE

Lire plus

Pollution
Perrine Tronçon

La pollution numérique environnementale

La prise de conscience émerge : les usages numériques ne sont pas sans conséquence sur l’environnement. La pollution numérique représente ainsi 4 % des émissions de gaz à effet de serre en 2021, avec une consommation qui constitue de 7 à 10 % de l’électricité mondiale – soit autant que le secteur aérien. Selon un rapport de l’ADEME daté de 2022, le secteur du numérique représentera environ 7 % des émissions de GES en 2025, du fait des usages grandissants.Décryptage.

Read More »
Solutions
Perrine Tronçon

Acteurs et solutions numériques de la transition écologique : listing

Nombreuses sont les solutions BtoB existantes pour remédier aux émissions de GES liées au numérique. Découvrez les acteurs et les solutions numériques de la transition écologique.

=>> Labellisation Numérique Responsable, bilan carbone, analyse de cycle de vie de services numériques, gestion responsable de parc informatique, MOOC et formations, compensation carbone.

Read More »